Sommet du G7 : des promesses aux actes

Face aux grands défis de notre temps, nous sommes passés des promesses aux actes. Au Royaume-Uni à Carbis Bay, les dirigeants du G7 se sont fixés deux grandes ambitions.

1/ Faire du vaccin un bien public mondial

Nous ne pourrons sortir de cette crise seulement quand tous les pays seront en sécurité face au virus. Pour répondre à ces enjeux de solidarité, d’efficacité et de gestion de l’épidémie, les dirigeants des pays du G7 se sont accordés sur des engagements forts et concrets :


vacciner au moins 60% de la population mondiale d’ici l’année prochaine pour atteindre l’immunité collective avec un point de passage de 40% d’ici la fin de l’année ;


partager 1 milliard de doses de vaccins anti-Covid supplémentaires, dont la moitié à la fin de l’année, à destination des pays pauvres. Très concrètement, le Président le Président de la République a décidé de doubler le nombre de vaccins qui seront donnés par la France, passant de 30 à 60 millions. Dès cet été, 5 millions de vaccins seront par exemple donnés à l’Union africaine. Cette distribution pourra prendre la forme d’un partage de doses ou de financements via le programme COVAX ;


faciliter la diffusion des vaccins en demandant à l’ensemble des industries pharmaceutiques d’opérer une transparence sur les prix, assurant la levée de toutes les restrictions sur les exportations pour augmenter nos capacités de production de vaccin et en travaillant à l’obtention d’un accord sur la question des brevets.

2/ Poursuivre la lutte contre les inégalités à l’échelle mondiale

La crise sanitaire ne doit pas nous faire oublier les autres enjeux du XXIe siècle auquel le monde doit faire face. Nous continuons notre action :


en redoublant d’efforts pour la planète en prenant l’engagement d’investir 1000 milliards d’euros par an pour le climat ;


en augmentant de 650 milliards de droits de tirage spéciaux émis par le Fonds monétaire international vers l’Afrique ;


en menant de front la lutte contre les inégalités de genre. La moitié des 333 millions d’euros que nous allons consacrer au Partenariat mondial pour l’éducation sera dirigé en faveur de l’éducation des jeunes filles et à notre soutien à l’entrepreneuriat féminin sur le continent africain.

Ce multilatéralisme de combat est nécessaire pour aborder les défis qui nous touchent tous. Ce n’est qu’en restant solidaires que nous réussirons à les affronter pleinement !

Retour au actualités