Promesse tenue ! La nouvelle PAC répond aux objectifs portés par la France

Grâce à la mobilisation d’Emmanuel Macron, de notre ministre de l’Agriculture Julien Denormandie et de nos eurodéputés, le budget de la PAC a été maintenu. Une condition indispensable pour renforcer la stabilité économique des agriculteurs et leur permettre de poursuivre les efforts de transition nécessaires aux défis environnementaux de notre siècle.

  • Concrètement, quels changements pour 2023 (date d’entrée en vigueur de la réforme) ?

Une PAC qui s’adapte mieux aux besoins des territoires tout en conservant un tronc commun à toute l’Union Européenne

Chaque État membre pourra décider lui-même de la répartition de l’argent sur son territoire. Le budget d’un continent et l’autonomie stratégique d’un pays : l’Europe c’est un véritable atout !

Une PAC plus juste pour les agriculteurs

Nous humanisons les procédures administratives en introduisant un droit à l’erreur de l’agriculteur. Une décision plus simple, plus juste, plus en phase avec les réalités.

Une PAC qui protège mieux face aux crises

Nous ne laissons personne sur le bord de la route. Pour protéger les agriculteurs les plus vulnérables : nous maintenons les aides actuelles, créons une « réserve de crise » permanente et les protégeons de la concurrence déloyale et du dumping environnemental.

Une PAC qui récompense ceux qui en font plus pour le climat et la biodiversité

Nos députés européens ont voté la création d’éco-régimes pour rémunérer toutes les initiatives qui accélèrent la transition écologique et améliorent le bien-être animal (30% des aides directes de la PAC). Cette agriculture plus durable et plus responsable, c’est la France qui l’a portée !

En imposant ses propositions, la France redéfinit les priorités de notre agriculture et propose un nouveau modèle pour celle de demain.

Le communiqué de presse de Renew à lire juste ici


  • 5 ans de + pour dessiner l’agriculture de demain

→ Pour une agriculture plus juste :
– Revalorisation des retraites agricoles les plus faibles ;
– Négociations sur les prix agricoles rééquilibrées grâce à la loi Egalim ;
– Protection des producteurs grâce à la cellule Démeter ;
– Hausse du budget pour la prévention du mal-être des agriculteurs ;
– Alignement du congé maternité des agricultrices sur celui des salariées.

→ Pour préserver une filière d’excellence :
– Refus des accords commerciaux comme le Mercosur contre la concurrence déloyale
– Renforcement de la dotation jeunes agriculteurs
– Soutien de l’innovation dans le secteur (biocarburants, protéines végétales…)

→ Pour faire face au défi climatique :
– Objectif 0 artificialisation nette des terres agricoles ;
– Réduction du glyphosate de moitié d’ici 2022 ;
– Adaptation au changement climatique grâce à l’enveloppe de 200 millions d’euros du plan de relance.

→ Pour lutter contre la maltraitance et pour le bien-être animal :
– Mise en place d’un référent dans chaque élevage dès 2022 et d’une force nationale d’intervention en abattoir ;
– Interdiction de la castration à vif et du broyage des poussins mâles pour une agriculture toujours plus responsable.

5 ans de plus pour l’agriculture – le bilan à télécharger juste ici

Retour au actualités