Complémentaire santé solidaire : pour un meilleur accès aux soins

Qui aura accès à cette Complémentaire santé solidaire ?

Environ 10 millions de personnes aux revenus modestes seront concernées par cette Complémentaire santé solidaire et parmi eux les personnes éligibles à ces deux aides :

  • Les bénéficiaires de la CMU-C (Couverture Maladie Universelle Complémentaire)
  • Les bénéficiaires de l’ACS (Aide à l’acquisition d’une Complémentaire Santé)

Ces deux aides fusionneront pour donner la nouvelle Complémentaire santé solidaire.

Fin juin 2019, seulement 7,1 millions de personnes étaient couvertes par une complémentaire grâce à la CMU-C et à l’ACS. Le Gouvernement espère augmenter le nombre de bénéficiaires grâce à cette simplification et passer ainsi à 10 millions.

La ministre de la Santé Agnès Buzyn et sa secrétaire d’État, Christelle Dubos déclaraient à ce propos : « Trop nombreux sont nos concitoyens, qui faute de moyens suffisants, renoncent à des soins. C’est inacceptable et nous ne l’acceptons pas. »

Quels sont ses objectifs ?

  • Lutter contre le renoncement aux soins. Car aujourd’hui, environ 50% des personnes éligibles à l’ACS n’y ont pas recours. Des personnes aux moyens faibles et qui donc se soignent moins ;

  • Offrir une meilleure protection à ses bénéficiaires, sans reste à charge pour l’assuré. Les lunettes, prothèses auditives et dentaires seront entièrement prises en charge ;

  • Offrir une prise en charge intégrale pour les personnes en situation de handicap ;

  • Pas d’avance de frais que ce soit chez le médecin, le dentiste ou à l’hôpital ;

  • Pas de dépassement d’honoraires ;

Quel sera le coût de cette Complémentaire santé solidaire ?

Pour les foyers aujourd’hui éligibles à l’ACS, la CSS coûtera moins de 1€ par jour et par personne.

Elle ne coûtera rien pour les foyers actuellement bénéficiaires de la CMU-C.

Comment en bénéficier ?

La demande pour bénéficier de cette Complémentaire santé solidaire pourra être faite directement en ligne, mais aussi dans une Caisse Primaire d’Assurance Maladie. Les pièces justificatives à fournir seront moins nombreuses qu’auparavant.

Retour au actualités